L’excellence? Ce n’est toujours que ce que l’on voit

Je dédie cet article à tous les étudiants et étudiantes comme ma fille, qui ont travaillé vraiment très fort pour arriver à passer au travers la session d’école. Que ce soit au primaire, au secondaire, au Cégep ou à l’université, certaines personnes doivent mettre les bouchées doubles, doivent se priver de sortie, d’aller faire du sport ou de voir la famille pour consacrer plus d’heures aux études , parce qu’elles n’ont pas la facilité à l’école que d’autres personnes ont.

Ces personnes sont fières de finir avec un 70 comme note parce qu’elles savent qu’elles ont tout donné. Pour moi un ce n’est qu’un nombre.

Sans vouloir rien n’enlever aux personnes qui ont de la facilité, réussir avec un 90 sans trop avoir étudié et avoir un 70 en ayant tout donné, pour moi la vraie championne c’est la deuxième.

Voici un excellent article à ce sujet écrit par Mario Scott ancien entraîneur d’équipes sportives.

L’excellence? Ce n’est toujours que ce que l’on voit

La perfection n’existe pas pourtant…

Nous vivons dans une société où on nous bombarde partout à coup d’«excellence », dont le synonyme est « perfection », en nous faisant croire que c’est le but ultime que nous devons tous atteindre. D’ailleurs, remarquez tous les qualificatifs utilisés pour à peu près n’importe lequel produit de consommation ou service censé nous rendre plus heureux dans la vie : meilleur, champion, super, or, maximum, la crème, suprême, améliorée, unique, quintessence… Et que dire de tous les concours, les compétitions, les défit et j’en passe… où souvent ce ne sont pas les meilleurs qui gagnent. Et le monde des affaires n’est pas en reste, on mesure le succès en réalisations financières et matérielles.

Né pour être une élite

Plusieurs personnes « naissent » championnes. Je m’explique. Mais auparavant, sachez que je n’enlève rien à ces dernières, rien, surtout pas leur mérite. Cependant, force est d’admettre que pour plusieurs personnes la vie est plutôt de leur côté, elle les a choyés. En ce sens qu’elles sont nées sous une bonne étoile.
Prenons l’exemple d’un jeune athlète et d’une virtuose du piano qui viennent au monde dans une famille bien nantie et dont un ou plusieurs membres ont déjà tracé le chemin en ayant les caractéristiques de leur future carrière. Les chances que le jeune suive ces traces bien établies sont nombreuses. Cette personne élite a l’encadrement financier, moral et psychologique afin de pouvoir atteindre cet important échelon, pour eux, qu’est l’excellence.

L’excellence ce n’est toujours que ce que l’on voit

Bien entendu, il y a tout le parcours sinueux que l’élite a parcouru et dont on ne cesse de parler une fois sur la plus haute marche du podium. Je le répète, je ne leur enlève rien et je ne juge surtout pas leur performance. Cependant, je veux faire réfléchir sur le fait que, souvent, ces champions nés dans l’élitisme de l’excellence avaient tout pour réussir : l’encadrement familial, l’argent, les gênes… Alors, j’écris bien que l’excellence ce n’est pas toujours que ce que l’on voit… Il y a malheureusement des oubliés dont les racines ne sont pas aussi éloquentes. Mais, bravo à tous! Car n’est pas champion qui veut.

Le mérite est à la hauteur du chemin parcouru

Ce que je veux souligner, c’est que le meilleur n’est pas toujours celui que l’on pense.
Le champion, le vrai, n’est pas toujours celui que l’on voit. Ceux et celles qui sont dans l’ombre de leur exploit, dont on n’entend pas souvent parler, sauf, parfois, avec cette expression consacrée : « il ou elle revient de loin »…

J’ai fait un tableau afin d’illustrer mon propos, pour rendre à César ce qui est à César.

excellence

En tant qu’ancien entraîneur d’équipes sportives, j’ai toujours eu, et j’ai encore, beaucoup plus d’admiration pour une personne que l’on attend pas là, à ce résultat, et qui travaille avec acharnement à l’atteinte de son objectif personnel, et ce, dans les limites de ses moyens.
Personnellement, j’ai toujours tenté de créer, d’obtenir, la meilleure chimie possible au sein de mon groupe de joueurs en les sensibilisant à la notion d’équipe. Tout simplement, en faisant comprendre aux joueurs élites et aux moins doués, pour ne pas dire moins nantis que chacun avait sa place et un rôle important à jouer.

Je sensibilisais ceux dont la vie les avait affublés d’un talent inné, qu’ils avaient besoin des autres moins talentueux. Mon exemple étant de comparer le talent sportif reconnu d’un joueur, au talent, par exemple, en dessin d’un autre moins habile en sport… Chacun n’avait pas la même chance. L’un et l’autre n’était pas pour autant dépourvu de potentiel dans la vie. Il s’agissait d’amalgamer les forces aux faiblesses de l’autre. Et le tour était joué!
Le secret, et il demeure toujours d’actualité, c’est d’intégrer tout ce beau monde à un objectif commun en assimilant les distinctions particulières de tout un chacun et en les faisant surtout comprendre et accepter. L’équipe avant l’individu!

C’est dans ce contexte que j’ai pensé à ce tableau il y a une dizaine d’années. Au cours de ma vie, j’ai vite réalisé que certaines personnes atteignaient des sommets personnels remarquables dans leur vie, que ce soit au travail ou ailleurs, en ayant parcouru un chemin, très souvent, pas du tout similaire à une personne dans élite.
J’ai une admiration sans bornes pour ces « minorités invisibles ».
Invisibles? Oui! Parce que l’on en a toujours que pour l’élite éblouissante teintée d’or, en oubliant ces acharnés dans l’ombre du long parcours.

Vous êtes des champions

Je vous dis donc ceci.
Parfois, au lieu de ne pas vous sentir à la hauteur d’une personne que l’on catégorise dans d’élite, que ce soit au travail, dans votre vie, dans les sports, peu importe… persévérez, allez votre chemin en vous faisant confiance, croyez en vos moyens, croyez en vous. Vous aussi vous êtes capable d’atteindre des sommets. Il vous faudra peut-être un peu plus de temps, de recourir à plus de moyens, mais le long chemin parcouru n’en sera que plus méritoire, avec la satisfaction du devoir accompli, lorsque vous atteindrez ne serait-ce que la troisième marche du podium, ou même à côté, mais très près de celui-ci.
Car le mérite, le vrai, est à la hauteur du chemin parcouru. Vous vous direz alors : « Je viens de très loin… » Rappelez-vous-en!

Article écrit par Mario Scott

Merci pour cet article.

Articles semblables

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *